Carrefour cède 10% de sa filiale brésilienne à Abilio Diniz

Gérants d'entreprise
Image Carrefour cède 10% de sa filiale brésilienne à Abilio Diniz

La boutique familiale s’appelle Pão de Açúcar, l'enseigne rappelle bien sûr le Pain de Sucre à Rio. La boutique ouverte par le père d’Abilio Diniz (Aller sur le site internet Lefigaro.fr sur Abilio Diniz) est à l’origine du Grupo Pão de Açúcar (GPA). À la fin des années 1950, le père d’Abilio Diniz pense déjà que le commerce écrira son avenir avec les grandes surfaces.

Homme pour qui les valeurs familiales sont fondamentales, Abilio Diniz est le père de 6 enfants. Autrefois goal, ayant aussi exercé la musculation et la capoeira, le chef d'entreprise reste un athlète accompli qui démarre sa journée par un entraînement sportif. Fondateur de l’équipe de foot d’Audax, dont l'objectif est de détecter les jeunes potentiels, Abilio Diniz appartient aussi au groupe consultatif du São Paulo Futebol Clube. Sous son impulsion, des salles de gym sont créées dans les hypermarchés GPA et des programmes financés par l'entreprise incitant son équipe à participer aux marathons sont mis en place. C'est un fait avéré : il est profondément convaincu des bienfaits de l'entraînement sportif.

Un chef d'entreprise qui a traversé les difficultés

Un rapprochement financier et commercial intervient entre le groupe tricolore Casino et le Grupo Pão de Açúcar à la toute fin des années 1990. En 1995, Abilio Diniz procède à l'ouverture du capital de GPA. Le groupe se transforme en leader de la commercialisation dans le pays après qu'il ait déclenché une phase d'achats de sociétés. Durant de la présidentielle de 1989, un groupe "d'extrême gauche" enlève le chef d'entreprise. Libéré après une semaine de captivité, il restera affecté par cette événement. Le plan de sauvegarde sévère conçu par Abilio Diniz permet de préserver le Grupo Pão de Açúcar, qui congédie 20 000 employés, ferme 1/3 des supermarchés et cède ses activités au Portugal.

Un homme qui compte au Brésil

Ayant comme ambitions d’améliorer la performance des services publics et de rendre concurrentielles les entreprises du pays, la Chambre de Politique et de Performance et gestion accueille Abilio Diniz en 2011. Le businessman fait partie des personnages les plus fascinants du Brésil. Selon "Forbes", la richesse d’Abilio Diniz est estimée à près de 4 milliards de $ et fait de lui la dixième fortune du Brésil. D’après le magazine du Brésil "Epoca", il fait partie des cent personnages ayant le plus d'influence au sein du sous-continent brésilien.

La famille d’Abilio Diniz, d’origine portugaise émigre au Brésil en 1929 Dans son enfance, il subit l'animosité des gosses de son entourage. Au milieu des années 1950, Abilio Diniz entre à l’école de management de la Fondation Getùlio Vargas à São Paulo ; il en ressort diplômé.